LA COOPERATION CULTURELLE
 


La culture et l'éducation ont toujours été mis en avant par S. A. Cheikh Zayed Ben Sultan Al Nahyan, afin d'accélérer le développement du pays. Dans cette perspective, le renforcement des liens culturels à tous les niveaux avec la France, pays des " Lumières ", semble être un choix logique.

La coopération culturelle est technique est multidimensionnelle. Elle est principalement axée sur l'enseignement du Français, la formation et les recherches archéologiques. En premier lieu, la présence culturelle de la France aux E.A.U. repose sur les lycées français d'Abou Dhabi (lycée Louis Massignon) et de Charjah-Doubaï (lycée Georges Pompidou) qui a ouvert une section à la ville d'Al-ain. Chacun d'eux scolarise plus de 1.000 élèves.

Par ailleurs, deux alliances françaises enseignent le français à 1600 élèves à Doubaï et à Abou Dhabi.
Elles possèdent des bibliothèques et des médiathèques et organisent de nombreuses activités culturelles. Les établissements français assurent également l'enseignement du français aux élèves officiers appelés à poursuivre leur formation en France.

Le second axe de cette coopération culturelle est la formation continue. Dans ce domaine, la France forme des professeurs qui enseignent le français à 27.000 élèves dans tout le pays ; elle assure aussi la formation de magistrats et d'étudiants boursiers du gouvernement émirien au sein des universités françaises.

Enfin, la coopération culturelle est particulièrement active dans le domaine de l'archéologie comme le démontrent les chantiers de Charjah et de la ville d'Al-ain où des équipes françaises effectuent des fouilles archéologiques qui ont permis des découvertes historiques importantes.